Accueil Actualités Journée des Présidents 25 janvier 2014
Facebook Twitter Flickr RSS



 

Journée des Présidents 25 janvier 2014

PDF

Déclaration du CDPE 06 à la JDP du 25/01/2014

Département 06

Chers amis,

La FCPE 06 déplore le refus annoncé de plusieurs maires des Alpes-Maritimes d'appliquer la reforme des rythmes scolaires à la rentrée prochaine et notamment M. Estrosi maire de Nice qui préfère s’enchaîner à des grilles.., ou encore la mairie de Vence qui refuse même toute discussions avec le DASEN.

A Nice, ou à St Vallier de Thiey par exemple, la concertation pourtant nécessaire est au point mort depuis plusieurs mois, laissant les familles dans l'incompréhension.

Les communes qui dénoncent le coût de la réforme se privent par ailleurs de sources de financement en ne mettant pas en place de PEDT.

Et, bien évidemment, ce sont justement celles qui n'ont pas mobilisé de moyens pour les activités périscolaires jusqu'à présent, qui, devant désormais l'envisager, se plaignent de devoir bientôt y consacrer un budget d'autant plus important qu'il était faible ou nul auparavant.

Certaines n’hésitent pas à envisager de mettre en place un simple système de garderie ou même de délaisser les enfants après la fin de la classe.

Il est inadmissible que certains élus menacent de ne pas appliquer la reforme pourtant rendue incontournable par la loi, quand, en réalité, l'organisation de la classe n’étant pas de leur ressort, c'est bien dans l'absence d’organisation d'activités périscolaires, au seul préjudice des enfants et de leurs familles, qu'ils pourront mettre en œuvre cette résistance.

En laissant les DASEN leur imposer des horaires, elles auront beau jeu de s'insurger contre ce qu'elles n’hésiteront pas à dénoncer comme une ingérence dans leur territoire.

Dans une grande majorité de ville et communes y compris celles de «gauche» les activités périscolaires seront payantes accentuant ainsi les inégalités d’accès à la culture générale et artistique ainsi que sportive. Dans ces villes, une réforme qui doit réduire les inégalités, va les accentuer !

 

Que compte faire la fédération nationale pour interpeller les maires qui refusent d'appliquer la loi républicaine votée par les représentants du peuple ?

Le CDPE 06 a interpellé le national il y a peu de temps au sujet des mamans portant un voile et qui sont refusées pour accompagner des sorties scolaires, à ce jour nous sommes toujours en attente d’une réponse. Ces faits ce sont reproduit fréquemment depuis la rentrée 2013 surtout dans des écoles de Nice.

Le Conseil d’Etat a démontré l’illégalité de la circulaire de rentrée 2012 de Luc Chatel, mais le gouvernement se refuse à l’abroger, laissant libre choix aux directeurs de les accepter ou non.

Ceux qui les refusent ne peuvent aujourd’hui que s’appuyer sur un risque supposé de trouble à l’ordre public, de perturbation du service public ou de tentatives de prosélytisme, ce qui est vécu comme un procès d’intention.

A Nice, particulièrement, nous connaissons, dans plusieurs écoles, ces mamans qui se sentent exclues, et vivent ces attitudes comme racistes. Et le risque est grand que ces mamans ne participent plus aux sorties scolaires, les rendant impossibles, ce qui constituerait pour le coup une perturbation réelle du service public.

Certaines envisagent même en représailles de vrais troubles à l’ordre public.

Il est urgent que la FCPE prenne position en dénonçant la circulaire Chatel illégale, et exige son abrogation.

Concernant la réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage, les parents d'élèves et leurs fédérations sont les grands perdants.


Cela concerne tout autant les instances nationales et régionales chargées de la formation initiale des jeunes de moins de 18 ans et les publics, élèves et salariés, concernés par le Service public d'orientation dont les parents d'élèves sont exclus.

La FCPE 06 demande à la fédération nationale d’agir très rapidement pendant que les débats à l’assemblée nationale se tiennent, afin de modifier cette situation très fortement préjudiciable a notre participation pour la construction de l’avenir de nos enfants.


Je vous remercie.